Anderlecht – des élèves en grève contre les antennes GSM

lesoir.be – Les élèves de l’école communale des Asters à Anderlecht ont séché une heure de cours vendredi, avec l’autorisation de leurs parents, en signe de protestation contre l’existence d’antennes GSM à proximité de leur établissement. Une première en Belgique. Selon la police, 150 personnes étaient présentes pour cette action symbolique.

Les trois principaux opérateurs du pays (Mobistar, Proximus et Base) disposent d’une antenne sur un des immeubles situés dans le Clos des Asters alors que la commune et le propriétaire avaient rendu un avis défavorable. « Nous avons constaté que de plus en plus de ces antennes sont placées au-dessus des buildings de logements sociaux et ce sans aucune concertation avec les locataires ou les riverains », explique José Garcia, secrétaire général du syndicat des locataires, alors que « l’incidence des ondes des antennes GSM sur la santé des gens et notamment des enfants n’est plus à démontrer».

Le syndicat proteste également contre la façon de faire des opérateurs de téléphonie mobile : « Des employés viennent travailler en pleine nuit sur le toit de l’immeuble où se trouvent ces antennes. Ces activités totalement incongrues à ces heures sont par ailleurs effectuées sans l’accord préalable du propriétaire ! »

La grève des élèves était donc l’occasion pour le syndicat d’émettre certaines revendications :  « Nous voulons qu’une enquête soit ouverte à propos de ces antennes pour qu’elles soient tout simplement enlevées de cet endroit. Ensuite nous demandons au Foyer Anderlechtois de nous préciser si les travaux effectués pendant la nuit avaient été acceptés au préalable.»

Il y a deux ans, une nouvelle réglementation a pourtant été mise en place par Evelyne Huytebroeck (ECOLO), ministre de l’environnement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les normes d’émission des antennes sont maintenant limitées à 3 volts par mètre carré dans la capitale. « Si trois opérateurs se trouvent sur un même site, ils doivent s’entendre pour que la norme soit respectée », explique Pascal Devos, porte-parole d’Evelyne Huytebrouck. Les permis d’environnement pour les antennes du clos des Asters ont été délivrés il y a peu et les nouvelles normes sont donc,  a priori, respectées. « Nous allons quand même demander à l’administration communale de se renseigner », précise Pascal Devos, avant de conclure, « d’autres méthodes sont prévues dans la loi pour permettre aux riverains de donner leur avis sur l’emplacement de ces antennes. »

Publicités
Cet article a été publié dans Actions / nouvelles de Bruxelles. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s